Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2018

Bonne Année 2018!

conseil, philosophie, intelligence émotionnelle, but, travail, Ikigai

(Photo- Downtown, Greenville South Carolina)

En ce début d’année, rafraîchissons-nous la mémoire avec quelques réflexions de base : comment travailler mieux, comment avoir une bonne intelligence émotionnelle, comment utiliser notre imagination pour avoir un sentiment plus positif envers notre travail, quel serait le secret d’une vie longue et meilleure.

Le Stoïcisme n’est pas qu’une simple philosophie, ses idées ont inspiré certains des plus puissants outils de la science moderne, la Thérapie comportementale. Voici quatre secrets pour être plus productif, puisés dans leur sagesse toujours de bon conseil:

Lire la suite

11/05/2017

Notre cerveau peut tout faire

cerveau,optimisme,travail,chômage,réalité virtuelle,emploi,intelligence artificielle,jeux(Photo- Ginkgo en décembre, Nice)

Le Guide de l’optimisme du physicien Lawrence Krauss débute par cette observation : « l’univers ne se soucie pas de nous, et le futur est misérable ». Nous ne pouvons jamais trouver un sens ou un but dans l’univers, mais nous pouvons assumer que notre but, à nous, est interconnecté à ce que l’univers est, et Krauss appelle cela « la hauteur du solipsisme » (le solipsisme est la position philosophique qui définit le moi comme la seule réalité - pour mémoire, voir ici). La vie est belle justement parce qu’elle est éphémère, et s’il existe bien quelque chose pouvant nous aider à être plus optimistes dans un univers moralement neutre, c’est la science. Trouver des réponses et comprendre un phénomène nous aide à comprendre les conséquences de nos actions. Armés de connaissances, nous pouvons prendre des décisions pour le bien commun. Cela serait quoi d’autre, sinon de l’espoir? Rappelons ce que dit Spinoza :

Lire la suite

22/03/2016

Le courage de changer (2)

changement extérieur, travail, santé, éducation socio-affective, nouvelles technologies (Photo- A Cimiez)

Changer à l’extérieur

Quand il y a trop de travail, ou quand il n’y en a pas, le stress est toujours présent. Dans les pays occidentaux, le stress provoqué par un travail excessif et frustrant est en nette augmentation. Mais celui qui n’a pas de travail est encore plus déprimé. Il ne s’agit pas seulement d’une question économique. Le chômage tue la libido, le chômeur vit l’absence de travail comme une véritable castration symbolique. Cela est vrai particulièrement dans l’univers anglo-saxon qui met l’accent sur la responsabilité personnelle, alors que le monde latin tend à projeter la responsabilité sur l’extérieur, en faisant par exemple endosser à l’Etat la faute d’un échec personnel. Le chômage suscite chez les hommes des réactions analogues à celles que provoque le viol chez les femmes. Ceux qui perdent leur travail sont impuissants, en colère et souffrent de symptômes dépressifs. On voudrait bien croire que le chômage serait parfois une chance pour apprendre à employer de manière plus créative un temps « libéré » plutôt que « libre » , mais malheureusement, l’expérience clinique semble prouver le contraire : quand le temps libre n’est pas choisi mais imposé, il devient un handicap très lourd, entraînant le manque de confiance en soi et un sentiment de méfiance généralisé. Faut-il comprendre la diminution du travail comme une libération ou comme une condamnation ?

Lire la suite

05/08/2015

Un progrès social possible

DSC_0885.JPG

(Photo -Fruits d'été)

 

Dire: "J'ai un revenu pour pouvoir travailler", et non pas "je travaille pour avoir un revenu". L'idée d'un revenu de base inconditionnel commence, depuis quelques années, à faire son chemin non seulement comme une impulsion culturelle, qui part de l'homme et de son besoin de s'épanouir, mais également comme une solution économique. Financiers, économistes, entrepreneurs, philosophes, sociologues, psychologues se penchent sur cette question, et beaucoup de leurs arguments pour apparaissent limpides, de bon sens, et réconfortants. Un mouvement prend contour dans plusieurs pays européens (la Belgique, l'Allemagne, la Finlande, même la France..). Pourrons-nous faire le saut vers un nouveau modèle social et de travail dans les années à venir? Car, si nous ne sommes pas tous des spinozistes, et donc convaincus que le sens d'un être humain est de parvenir à éprouver la joie de l'épanouissement au cours de son existence terrestre -seule et unique certitude, d'ailleurs -en revanche, nous pouvons tous essayer de réfléchir lucidement aux aspects pragmatiques de la consommation et de l'emploi. 

 

Prenons le temps pour regarder ce film suisse qui nous livre une information de qualité, ou pour parcourir le Livret du film en pdf. L'initiative en Europe concernant un revenu de base est récente (bien que cette possibilité ait pu être déjà formulée à différentes époques), et en France, encore plus récente -le mouvement est représenté par une association 1901, créée en 2013 et comptant quelques centaines d'adhérents..Ce n'est pas facile, pour une pareille idée..

Réalisé en 2008, qui se trouve être aussi l'année où CEFRO a été créée, le film me parle d'autant plus que je connais directement les effets pervers des impôts sur le travail/l'emploi. En tous les cas, je le recommande vivement, ne serait-ce que pour son excellent côté instructif et éducatif. Quant à la concrétisation de l'initiative, elle a besoin d'une réelle capacité d'adaptation aux actuels "temps modernes", et premièrement de courage de la part des Etats.

 

N.B. Pour lire ou relire d'autres notes traitant du sujet travail, il suffit de taper le mot dans la case Rechercher dans la colonne à gauche.