Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2018

Bonne Année 2018!

conseil, philosophie, intelligence émotionnelle, but, travail, Ikigai

(Photo- Downtown, Greenville South Carolina)

En ce début d’année, rafraîchissons-nous la mémoire avec quelques réflexions de base : comment travailler mieux, comment avoir une bonne intelligence émotionnelle, comment utiliser notre imagination pour avoir un sentiment plus positif envers notre travail, quel serait le secret d’une vie longue et meilleure.

Le Stoïcisme n’est pas qu’une simple philosophie, ses idées ont inspiré certains des plus puissants outils de la science moderne, la Thérapie comportementale. Voici quatre secrets pour être plus productif, puisés dans leur sagesse toujours de bon conseil:

Lire la suite

01/12/2017

L'humour est un signe d'intelligence

humour,intelligence,études,cerveau,intelligence émotionnelle

(Photo- A Cimiez

Albert Einstein avait l’habitude de dire que son intelligence était due à son humour d’enfant. De nombreuses études ont mis en évidence le lien entre l’humour et l’intelligence. Des chercheurs ont découvert récemment que les personnes amusantes, particulièrement celles qui apprécient l’humour noir, ont un QI plus élevé que les personnes moins drôles. Ils montrent que pour traiter et produire l’humour, on a besoin également de compétences cognitives et émotionnelles. Les personnes drôles ont une intelligence verbale et non-verbale plus élevée, elles ont moins de troubles et sont moins agressives.

Les personnes qui ont de l’humour ne sont pas simplement intelligentes, elles sont aussi une compagnie très agréable. Un solide sens de l’humour est lié à une intelligence émotionnelle élevée et représente une qualité préférée chez un partenaire (elle semble plus élevée chez les hommes). Les psychologues évolutionnistes décrivent l’humour comme un trait génétique qui indique la forme du mental et l’agilité intellectuelle des éventuels partenaires. Dans des études consacrées à l’attirance, hommes et femmes considèrent que les individus drôles sont plus attirants, et que l’humour est l’une des plus importantes qualités chez un partenaire à long-terme.

En psychologie, on emploie le terme « style d’humour positif » pour caractériser les personnes qui ont recours à l’humour pour mettre en valeur les relations et réduire les conflits. Ce type d’humour est associé à la satisfaction relationnelle, à l’extroversion et à l’estime de soi élevée. Avoir une perspective humoristique de la vie est aussi une excellente stratégie de gestion. Cela aide à mieux gérer le stress et l’adversité. Les styles d’humour noir, plus négatif -comme l’ironie, le sarcasme, l’autodérision – n’offrent pas les mêmes bénéfices. Au contraire, ils ont tendance à aliéner les personnes et sont plus souvent associés à l’humeur dépressive et à la violence.

Les personnes drôles font rire les autres, mais aussi et surtout, elles se font rire. La neurobiologie montre que le rire produit des modifications dans le cerveau, ce qui explique probablement le lien entre l’humour et l’intelligence. Ressentir des émotions positives, comme la joie, le divertissement, le bonheur, augmente le niveau de dopamine dans le cerveau. La dopamine nous fait nous sentir formidablement bien, mais elle ouvre « les centres de l’apprentissage » dans le cerveau, ce qui stimule et développe davantage de connexions neuronales. Par conséquent, nous aurons plus de flexibilité et de créativité dans notre processus de raisonnement, et nous trouverons mieux et  plus vite des solutions. Cela accélère aussi notre mémoire de travail.

L’évidence montre qu’en réalité l’humour agit sur les perspectives de la confiance, de la compétence et du statut, ce qui rend les individus drôles plus influents. L’humour rend les gens attentifs, il facilite la communication des messages et l’apprentissage. Il constitue un outil puissant que beaucoup de leaders de succès utilisent afin d’améliorer la cohésion de l’équipe et la culture de l’organisation. Des études sur les organisations positives montrent que plus nous sommes détendus au travail, plus nous sommes productifs et moins nous courons le risque du burn out.  

Le cercle vertueux dont parle la théorie du « broaden and build » (« élargir et construire ») consiste en l’amélioration du bien-être, puisque ressentir des émotions positives à travers l’humour modifie nos pensées, actions et réponses physiologiques. Dans le domaine de l’éducation, l’humour est une aide efficace à l’apprentissage. Des cours dispensés avec humour sont appréciés par les étudiants, qui ont ainsi une meilleure compréhension et mémorisation du sujet traité.

 

Références : Being funny is a sign of intelligence, according to science (dans le corps de l’article d’origine on peut trouver des liens à quelques études  -dont deux en format PDF).

N.B. Vous pouvez retrouver d'autres notes autour du même sujet, plus ou moins, en tapant le mot "humour" dans la case Rechercher, colonne de gauche. 

26/04/2017

Les sciences humaines

sciences humaines,intelligence artificielle,intelligence émotionnelle,emplois,futur

(Photo- Inscription au tableau dans la salle de notre cours sur les compétences émotionnelles, 2013

Le paradoxe de notre époque est que nous nous noyons dans l’information, tout en restant affamés de sagesse. Et pourtant, celle-ci est souvent considérée avec une certaine condescendance. Les sciences humaines enseignent le raisonnement critique, elles enrichissent également notre esprit et notre portefeuille. Premièrement, les arts libéraux offrent aux étudiants les compétences interpersonnelles et de communication qui sont extrêmement précieuses dans le monde du travail, surtout accompagnées de compétences techniques. Une éducation dans laquelle les arts libéraux sont présents est une clé de succès dans l’économie du 21 e siècle. Le retour aux pures compétences techniques est dépassé, la place est à ceux qui combinent les compétences douces – excellence dans la communication et les relations avec les autres – et les compétences dures. Celui qui a étudié l’informatique, l’économie, la psychologie ou d’autres sciences aura de la valeur et bénéficiera d’une grande flexibilité professionnelle. Nous avons besoin des deux pour maximiser notre potentiel. Une formation de base en biologie, en informatique, en physique, pourra être enrichie par des cours sérieux en histoire, par exemple. Notre société a besoin de personnes formées dans les sciences humaines et qui soient capables d’aider à la prise des décisions politiques justes, sages.

Lire la suite

03/10/2016

L'effet Dunning-Kruger

compétences,syndrome dunning-kruger,intelligence émotionnelle (Photo- Atlanta)

L'effet Dunning-Kruger (d’après le nom des chercheurs qui ont démontré le phénomène au travers d’une série d’expériences) est un biais cognitif selon lequel certaines personnes non qualifiées auraient des difficultés à reconnaître objectivement leur incompétence et à évaluer leurs réelles capacités. L’étude publiée en 1999 dans la revue Journal of Personality and Social Psychology suggère aussi les effets corollaires : les personnes les plus qualifiées auraient tendance à sous-estimer leur niveau de compétence et penseraient à tort que des tâches faciles pour elles le sont aussi pour les autres.

Les résultats de cette étude ne veulent pas dire que les incompétents se croient meilleurs que les compétents, mais que les personnes incompétentes se croient bien meilleures que ce qu’elles sont réellement. Il est donc question d’un biais méta-cognitif, de capacités méta-cognitives (leurs connaissances à propos de leurs connaissances). Il y a une grande discordance entre la façon dont les personnes incompétentes perçoivent leur propre performance et leur performance réelle, tandis que la discordance est bien moins grande pour les individus hautement compétents. La grande question est pourquoi. L’explication avancée par les deux chercheurs est que les personnes incompétentes n’ont pas les compétences requises pour réaliser qu’elles sont incompétentes, justement parce que les capacités qui leur permettraient de distinguer l'individu qui est bon de l'individu qui ne l’est pas leur font défaut. Par exemple, si vous n’êtes pas très bon en langues, il vous pourrait être difficile de dire que vous n’êtes pas très bon, parce que les capacités dont vous auriez besoin pour pouvoir distinguer l'individu qui est bon de l'individu qui ne l’est pas sont précisément celles qui vous font défaut. (Vous pouvez retrouver l’article original qui explique ce qu’est l’effet Dunning-Kruger et ce qu’il n’est pas, et sa version française).

Les leaders des corporations du XXIe siècle ont commencé par être des « apprenants agiles » qui répondent aux critères des 4 R : ils sont pleins de ressources, ils ont un bon relationnel, ils sont résilients, ils obtiennent des résultats (An agile leader is an agile learner).

Les leaders se caractérisent par : des standards éthiques élevés, une personnalité solide, la résistance à la pression et la capacité à faire face à l’adversité, un esprit brillant, une grande force de travail, un esprit charismatique, novateur, courageux dans la prise de décisions, enthousiaste et fiable, ayant un certain sens de l’humour (10 Qualities of Creative Leaders).

Cela nous renvoie au concept de l'intelligence émotionnelle, en tant que set flexible de compétences qui peuvent être acquises et améliorées par la pratique durant toute la vie (L'apprentissage de l'intelligence émotionnelle).

Certains spécialistes en management distinguent quatre niveaux dans la compétence ou l’apprentissage: l’incompétence inconsciente, l’incompétence consciente, la compétence consciente, la compétence inconsciente. Les personnes qui ne sont pas conscientes qu’elles sont incompétentes fonctionnent en mode pilote automatique. Celles qui en sont conscientes vont commencer à développer cette prise de conscience du contenu de leur incompétence, ce qui est déjà le premier pas vers la future compétence (La compétence - avec en fin de note le texte en PDF Une préleveuse).