Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2017

Minimiser les expériences douloureuses

émotions,négativité,biais,cerveau,pratique

(Photo- Vue de Nice, à Cimiez)

Cette pratique hebdomadaire se veut pragmatique. Il ne s’agit pas de nier ou d’éloigner les expériences désagréables ou douloureuses. Il s’agit de l’effet sur le corps, l’esprit, la relation avec ces expériences, et la mise en place de moyens pour les gérer et se défaire de leur enchevêtrement. Nous pouvons traiter avec gentillesse et douceur la base biologique de notre conscience (comme dit le poète Mary Oliver, « the soft animal of the body »), la protéger et l’apaiser, comme on fait avec un ami cher.

Lire la suite

16/12/2015

Persévérant, confiant, patient

DSC_1265.JPG

(Photo: Ginkgo biloba à Nice)

Dans cette note, j'ai adapté trois exercices recommandés par Rick Hanson dans JOT Newsletter : la persévérance (Keep going), la confiance (Have faith), la patience (Be patient). Parmi les divers facteurs susceptibles de nous mener au bonheur, à la satisfaction, ou au succès -l’intelligence, l’origine sociale, la personnalité, le caractère, les opinions, l’ethnie, la chance-, celui qui fait une vraie différence, c’est la persévérance. Si vous persévérez, vous pouvez ne pas atteindre votre but, mais si vous arrêtez, vous ne l’atteindrez jamais. Nous éprouvons de l’admiration envers les gens qui persévèrent, car il y a quelque chose de fascinant dans la détermination. Comment s’exercer ?

 

Lire la suite

21/08/2015

Avez-vous l'esprit vagabond?

DSC_0942.JPGL'exercice

Prêtez attention

Pourquoi? 

A chaque instant, l’afflux de pensées et d’émotions, de sensations et de désirs, de processus conscients et inconscients est en train de façonner votre système nerveux comme l’eau qui sculpte des sillons et des ravins sur le flanc d’un coteau. Votre cerveau change continuellement sa structure. Une seule question se pose: serait-ce pour le mieux, ou pour le pire ?

Plus particulièrement, à cause de ce que l’on appelle «la neuroplasticité due à l’expérience », tout ce qui retient votre attention a le pouvoir spécial de modifier votre cerveau. L’attention est comme la combinaison entre un projecteur et un aspirateur : elle éclaire l’objet sur lequel elle se pose, pour ensuite l’aspirer à l’intérieur de votre cerveau  -et de vous-mêmes.

Donc, si vous contrôlez votre attention -en devenant plus capables de la porter et de la maintenir sur ce que vous souhaitez, en même temps que de l’éloigner de ce qui est ennuyeux ou inutile (par exemple, revenir incessamment à des préoccupations angoissantes, à la rouspétance, ou à l’autocritique), alors vous pouvez modifier votre cerveau, et ainsi votre vie, et cela pour le mieux. Comme écrivait il y a cent ans William James, le grand psychologue : « L’éducation de l’attention devrait être l’éducation par excellence ».

Mais pour parvenir à un meilleur contrôle de l’attention -devenir toujours plus conscient et capable de se concentrer-, il faut relever quelques défis. Afin de survivre, nos ancêtres ont évolué stimulés par la faim ou par les situations inattendues, en essayant sans cesse de détecter, chez eux et dans leur environnement, les opportunités et les menaces, les carottes et les bâtons. Il existe également toute une gamme naturelle du tempérament, depuis les « tortues » prudentes et concentrées, aux « lapins » distraits et imprudents. Les expériences émotionnellement fortes -surtout celles qui sont traumatisantes-  forment le cerveau à être vigilant, capable d’une attention qui passe rapidement de quelque chose à autre chose. La culture moderne nous habitue à recevoir un jet incendiaire de stimuli, de sorte que tout ce qui se trouverait en-deçà  -comme le simple fait de respirer -, nous paraît insuffisant, ennuyeux, voire frustrant .

Pour surmonter ces défis, il est utile de cultiver quelques facteurs neuronaux de l’attention - plus exactement, faire de votre cerveau un allié qui vous aide à avoir une meilleure prise sur ce projecteur/aspirateur.

Comment?

 

Lire la suite

18/05/2015

Qui avez-vous oublié d'ajouter à votre liste de cadeaux?

DSC_0714.JPGL'exercice
 
Faites-vous un cadeau
 
Pourquoi?
 
Vous souvenez-vous d'un moment où vous avez offert quelque chose à quelqu'un? Un cadeau pour une occasion, ou une petite surprise à un enfant, ou du temps accordé à un ami- ou toute autre chose. Qu'avez-vous ressenti? Les chercheurs ont découvert que donner stimulait les mêmes réseaux de neurones qui s'activent quand nous éprouvons une sensation physique de plaisir, par exemple en mangeant une pâtisserie, ou en mettant nos mains froides sous l'eau chaude. Il y a longtemps, Bouddha disait que la générosité rendait heureux avant, pendant, et après le don. 
 
Ensuite, il y a recevoir. Pouvez-vous vous souvenir d'un autre moment, celui où l'on vous a offert quelque chose? Cela pourrait être un objet que vous avez tenu dans vos mains, mais aussi un instant de chaleur, ou un mot d'excuse, ou une attitude de retenue. Peu importe ce que c'était, qu'avez-vous ressenti? Une émotion agréable, sans doute. 
 
Eh bien, si vous vous offrez quelque chose, vous aurez un double bénéfice. En plus de ce qui vient d'être dit, il existe les récompenses implicites liées au fait d'agir au lieu de rester passif (ce qui aide à diminuer le sentiment appris d'impuissance, auquel sont très vulnérables les mammifères que nous sommes), et à l'importance que vous avez à vos propres yeux, ce qui est essentiel quand vous pensez ne pas compter sur les autres.
 
Autre chose: en offrant davantage à vous-même, vous avez davantage à donner aux autres lorsque votre coupe sera remplie à ras bord. Les études montrent que les gens qui éprouvent un mieux-être sont d'habitude plus enclins à la bienveillance, à la patience, à l'altruisme, et à d'autres formes de comportement "prosocial". Comme écrivait Bertrand Russell: Une bonne vie est une vie heureuse. Je ne voulais pas dire que si vous êtes bon vous serez heureux. Je veux dire que si vous êtes heureux vous serez bon.
 
Comment? 
 
Vous pouvez vous gratifier de nombreuses manières, le plus souvent au travers des instants de la vie quotidienne. Par exemple, pendant que j'écris ce texte, le cadeau consiste à abandonner le clavier pour me pencher en arrière, à prendre une respiration profonde, et à regarder par la fenêtre, en me relaxant. Je peux me l'offrir. 
 
Un exemple moins concret. Au début de cette semaine, j'étais très préoccupé par l'idée de voir réussir le business d'un ami, et donc le petit cadeau que je m'étais fait a été de laisser partir un peu de mon sur-investissement dans des situations dont je n'avais pas le contrôle. Ce matin, pendant que j'assistais à une réunion et, qu'en même temps, je réfléchissais à cet exercice, je me suis offert le cadeau d'apprécier la chance que j'avais d'apprendre des choses de la part des autres gens présents dans la salle. 
 
Ne rien faire peut être aussi un important cadeau que vous vous offrez: ne pas prendre cette troisième bière, ne pas interrompre un ami contrarié qui vous parle d'une histoire au travail, ne pas embêter un amoureux qui, à cet instant précis, a besoin de plus de place, ne pas rester trop tard à regarder la télévision, ne pas conduire précipitamment...
 
Vous remarquez combien d'occasions vous offre chaque jour pour que vous vous fassiez des cadeaux simples, beaux, réconfortants. Prenez l'habitude de vous poser cette question: Que pourrais-je m'offrir aujourd'hui? Ou bien: De quoi ai-je envie? Serai-je capable de me l'offrir moi-même? Ensuite, essayez réellement de le faire. 
 
En vous concentrant sur l'avenir, demandez-vous: Quel cadeau aimerais-je me faire aujourd'hui? Cette semaine? Cette année? Et même: Cette vie? Essayez d'écouter les réponses, telles des sonneries à répétition qui résonnent dans l'espace ouvert de la conscience. 
 
Vous pouvez aussi imaginer un être profondément protecteur et regarder bien ce qu'il vous donne -ensuite restez ouvert suffisamment pour pouvoir vous faire vous-même ce cadeau.
 
En connaissant la générosité de votre coeur -qui s'adresse d'habitude aux autres-, pouvez-vous élargir ce coeur à votre égard? En dehors de la bienveillance et de la sagesse, de l'encouragement et du soutien, comblez de vos cadeaux cet être unique au monde sur lequel vous avez le plus de pouvoir, et donc envers lequel vous avez le plus haut devoir d'attention: vous-même.