Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/04/2015

Pouvez-vous aimer sans désirer? (Can you like without wanting?)

1420139296817.jpgL'exercice

Aspirer sans s'attacher

Pourquoi? 
 
Vivre c'est poursuivre des buts. En dehors du caractère sain de l'intérêt et de la bonté que vous avez à l'égard de vous-même, il est normal, et aussi une excellente chose, que vous recherchiez aussi la sécurité, le confort, la réussite, le plaisir, l'expression créatrice, la santé physique et mentale, la relation, le respect, l'amour, l'épanouissement, le développement spirituel. 
La question c'est de savoir si vous allez à la poursuite de ces buts de manière tendue et compulsive -en un mot avec attachement - ou bien si, sans effort et en toute sérénité, vous trouvez la récompense dans le voyage, quelle que soit la destination: avec aspiration
 
La différence entre l'attachement et l'aspiration m'est apparue clairement un jour, dans le Colorado, à Boulder, où je m'étais rendu avec mon ancien ami Bob pour une semaine d'escalade. Dave, notre guide, nous a demandé quels objectifs nous nous étions proposés, et j'ai répondu que je voulais réaliser un 5.11 (la raideur de la pente) jusqu'à la fin de la semaine; à ce moment-là, j'arrivais à peine à grimper au 5.8. Bob m'a regardé attentivement et m'a dit que c'était de la folie, et que je ne réussirais qu'à me sentir déçu et frustré (Bob est motivé et il déteste rater ses buts). Non, j'ai dit, cela devait être faisable pour moi aussi: mes propres buts étaient tellement ambitieux, que si j'avais échoué à les atteindre, il n'y aurait eu aucune honte, et si j'avais réussi, alors tout serait devenu drôlement sympathique. Donc, j'ai continué sans m'arrêter, en faisant nettement mieux: 5.8, 5.9, facilement 5.10, péniblement 5.10... et ensuite le dernier jour, j'ai suivi Dave sans aucune chute jusqu'au 5.11. Hourra! 
 
En gros, le moteur de l'attachement est l'envie irrésistible, qui contient et conduit à de nombreuses formes de souffrances (des plus subtiles aux plus intenses). Et même si elle a l'air d'une motivation stimulante -le coup de fouet qui va pousser le cheval au galop- à la longue elle s'avère contre productive, quand le cheval s'effondre. 
D'autre part, l'aspiration -c'est-à-dire travailler dur pour atteindre ses objectifs sans rester suspendu aux résultats - procure de bonnes sensations, et en plus elle vous aide à vous élargir, à croître, sans vous soucier des apparences. Paradoxalement, si vous poursuivez vos objectifs sans vous y coller éperdument, vous augmentez votre chance de les atteindre, tandis qu'en cas contraire -en craignant l'échec- vous faites obstacle au bon résultat souhaité.
 
Si vous restez assis sur votre canapé toute la vie, sans jamais vous soucier ou aller vers quelque chose d'important, vous pouvez éviter les pièges de l'attachement. Mais si vous avez un job, une relation profonde, une famille, une responsabilité, un talent artistique, ou un appel spirituel, votre défi consistera à persévérer dans le chemin, avec dévouement et sérieux, centré sur l'aspiration. 
 
Comment? 
 

Lire la suite

01/02/2015

Etes-vous dans votre propre camp?(Are you on your own side? Be for yourself)

DSC_0447.JPGL'exercice
Soyez pour vous-même 
 
Pourquoi? 
 
Si vous voulez pouvoir dire aux autres ce dont vous avez réellement besoin, ou faire quelques pas de plus vers votre propre bien-être - comme dans les exercices qui sont proposés dans JOT-  il vous faudra prendre parti pour vous-même. Vous n'êtes pas contre les autres, vous êtes pour vous. 
Pour beaucoup de gens, mettre cela en pratique, c'est plus compliqué. Peut-être avez-vous grandi en pensant que vous ne comptiez pas autant que les autres. Peut-être avez-vous essayé de vous défendre, mais on vous a empêché ou on vous a fait tomber. Peut-être ressentez-vous profondément que vous ne méritez pas d'être heureux. Quelle qu'en soit la raison, bien des gens sont de piètres avocats pour eux-mêmes. En conséquence, ils sont terriblement auto-critiques, parfois même méchants à leur propre égard. Ils sont soit indifférents à leur souffrance, soit trop passifs pour se protéger contre une maltraitance, soit trop paresseux pour améliorer leur propre vie -et cela aussi bien dans leur tête, que dans la réalité. 
C'est donc une bonne idée que de vous assurer que vous êtes dans votre propre camp. 
Ensuite, vous pouvez imaginer absolument tout ce qu'il vous semblera bon de faire. 
 
Comment?
 
Posez-vous cette question plusieurs fois par jour: Suis-je là dans mon propre camp? Est-ce vraiment mon meilleur intérêt que je recherche? 
 
Les moments pour le faire:
  • Quand vous ne vous sentez pas bien (par exemple, vous êtes triste, blessé, inquiet, déçu, maltraité, frustré, stressé, nerveux)

Lire la suite