Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/01/2022

De la musique avant toute chose

musique,thérapie,cerveau,voyage

(Photo- Greenville SC, novembre-décembre 2021)

Bonne Année 2022! 

Il y a quelques jours, j’ai revu à la télévision (pour la combientième fois, déjà ?) le merveilleux film de Spielberg, E.T., l’extra-terrestre (1982). Vous vous souvenez, la communication entre la petite créature et Elliot se fait à travers les émotions, et non le langage: ET ressent ce que Elliot ressent. Le film figurait parmi les choix affichés dans le vol transcontinental aller-retour Lufthansa que j’ai pris en cette fin d’année inespérée 2021 (une semaine après l’ouverture des frontières aux Etats-Unis). Mais je n’avais regardé aucun film durant le vol. Mon niveau d’anxiété avait augmenté dès que je m’étais aperçue avoir oublié les inoffensifs cachets pour calmer l’emballement de mon cœur. Il fallait faire sans. De Francfort à Atlanta, j’ai écouté en boucle les programmes de Well Being TV (nouveau à bord) : Mindful Earth, Inflight Meditation, My Zen, Relaxation, Visualization, A world of Calm. Au retour, plus de trois semaines après, toujours sans les petits cachets, j’ai passé les huit heures de voyage au-dessus de l’Atlantique sans fermer l’œil et à écouter en boucle Mozart, Symphonie concertante (Sinfonia concertante), Concert pour violon et orchestre KV:219, K 364. Pendant les deux voyages, j’ai choisi d’écouter de la musique, plutôt que de regarder des images et d’entrer dans une histoire, et cela a fonctionné.  

Un récent livre paru dans la collection Les médecines holistiques en pratique consacre un petit chapitre à la musique, qui « panse » les neurones. La musique est associée à un ensemble de réseaux neuronaux qu’elle synchronise, ce qui fait que tout le cerveau est concerné. Elle permet, entre autres, de partager des informations avec autrui, en offrant un moyen d’échange avec les autres sans le langage (ce qu’exploite la musicothérapie). On connaissait déjà la plasticité du cerveau chez les musiciens en bonne santé, à savoir la capacité de créer de nouvelles connexions neuronales et de les réorganiser. Ce qui est nouveau, c’est de la découvrir chez des sujets présentant des lésions ou atteints de maladies neurodégénératives. Bien entendu, l’impact de la musique sur le cerveau et sur le fonctionnement cognitif ne se limite pas aux malades. Le frisson musical, l’effet des émotions musicales sur le cerveau, est provoqué par la sécrétion de dopamine dans le circuit de la récompense. Le système dopaminergique sous-tend le plaisir si particulier que procure la beauté musicale. Ce qui rend la musique unique, d’après les recherches, c’est qu’elle active simultanément des régions réparties dans tout le cerveau, donc un plaisir intense qui s’accompagne de transformations physiologiques.

Je vais transférer ici le résumé d'un numéro de Cerveau & Psycho qui parle de l’importance des expériences esthétiques pour la santé de notre cerveau (ce résumé a fait l’objet d’une note publiée en mai dernier sur le blog elargissement-ro.hautetfort.com, où aujourd'hui vous pouvez trouver des références au voyage aux Etats-Unis 2021 – note, Album Photos).

De façon générale, dans un monde où nos ressources attentionnelles sont souvent dépassées par des activités multitâches, des rythmes de vie trop élevés ou un recours trop important aux écrans, notre sensibilité à la beauté risque de s’émousser voire de disparaître. Nous faisons peut-être rarement une expérience esthétique, car cela demande une certaine disponibilité d’esprit, à savoir des ressources cognitives, notre cerveau ayant besoin de place pour traiter les stimuli esthétiques.

Plus la charge cognitive est importante (réviser, consulter le téléphone, regarder les infos etc.), moins il reste de ressources cognitives disponibles, et moins nous faisons des expériences esthétiques (que nous sommes moins capables d’apprécier). Etre sensible à la beauté est un travail pour notre cerveau, et il faut pour cela lui donner les moyens de le faire. Parfois, la dose de beauté à absorber est trop forte, et le cerveau craque : c’est le syndrome de Stendhal dont sont victimes nombre de touristes japonais visitant le Louvre, et qui font des malaises en voulant ingurgiter trop de merveilles picturales ou structurales en une seule fois.

Parmi les expériences esthétiques, la musique a le pouvoir de modifier l’anatomie et le fonctionnement du cerveau humain, d’une façon qui bénéficie à de nombreuses aptitudes cognitives et socio-affectives. Elle active un vaste réseau cérébral impliquant des structures perceptives, cognitives, motrices et émotionnelles et entraîne la libération de diverses substances, comme la dopamine ou l’ocytocine. Elle a alors de multiples effets positifs, tant sur l’humeur que sur la vie sociale ou les performances sportives. Elle est même utilisée pour stimuler la créativité lors de sessions de groupe en entreprise. Il n’est pas nécessaire d’être un professionnel. La simple écoute musicale allume dans notre cerveau une véritable symphonie neuronale, qui entraîne de multiples retombées positives, et il n’y a que 5% des gens qui n’éprouvent aucun plaisir à écouter -des anhédoniques musicaux

Pour l’immense majorité d’entre nous, la musique est un moyen privilégié pour moduler nos émotions, et cela dès la naissance. L’écoute, et plus encore la pratique musicale, stimule le cerveau au-delà du cortex auditif. Elle engage de nombreuses régions impliquées dans l’action, les émotions et l’intellect, qui interagissent pour établir un cercle vertueux cognition-action-émotion. Le son musical chemine d’abord de l’oreille interne jusqu'au tronc cérébral, via les fibres du nerf auditif, puis se dirige vers le lobe temporal, où le cortex auditif primaire (le gyrus de Heschl) est localisé. C’est là que sont réalisées les premières étapes de traitement et d’encodage. L’information est ensuite transférée vers le cortex auditif secondaire et les cortex associatifs, puis vers le cortex préfrontal, qui s’occupe des caractéristiques plus complexes (contour mélodique, intervalle de hauteurs, etc.). Il existe également des connexions entre le cortex auditif et ce que l’on appelle le système de la récompense (incluant plusieurs régions du système limbique), qui crée les réponses émotionnelles à la musique et produit des substances associées au plaisir, comme la dopamine. Lorsque nous expérimentons un moment musical très plaisant, les interactions entre ces régions s’accroissent, les faisceaux qui les relient étant d’autant plus épais que l’on est passionné par la musique et que l’on passe du temps à en écouter.

Le cortex auditif entretient également des connexions privilégiées avec plusieurs régions motrices du cerveau, comme le cortex moteur ou les ganglions de la base et le cervelet. Ce couplage est important pour la synchronisation sensorimotrice, lorsqu'on joue de la musique ou lorsqu'on danse, mais aussi pour la perception des séquences motrices même lorsque aucun mouvement n’est demandé aux auditeurs. Il permet de mieux traiter le rythme et aide à prédire ce qui va suivre -développant des attentes temporelles. Outre son rôle dans la perception de la musique, cette interconnexion des réseaux audio et moteurs pourrait avoir un intérêt thérapeutique : certaines recherches visent à l’exploiter pour aider les patients atteints de la maladie de Parkinson, en diffusant des séquences de sons réguliers pour déclencher ou stabiliser la motricité.

Enfin, la perception et la mémoire musicale activent d’autres structures corticales, dans le lobe occipital (qui joue un rôle dans l’imagerie mentale et les potentielles associations visuelles évoquées par la musique) et le lobe pariétal. Ce dernier intervient dans certaines opérations cognitives, comme le traitement de certaines structures musicales complexes ou inattendues. 

La musique est utilisée dans la prise en charge de la douleur, car dans le cerveau, les deux mécanismes, émotionnel et cognitif, modulent les réactions du système de la douleur. En contrecarrant les émotions négatives qui sont liées à la douleur, par les ressentis positifs qu’elle inspire, elle détourne l’attention de la souffrance physique. Le pouvoir de la musique s’exerce aussi dans bien des situations de la vie quotidienne, souvent à notre insu. La musique peut provoquer aussi un rajeunissement cognitif. Avec l’avancée en âge, on constate une diminution de la flexibilité cognitive - l’aptitude du cerveau à enchaîner des tâches différentes et à traiter des informations contredisant nos connaissances. Les recherches montrent que débuter la pratique d’un instrument (cinq heures /semaine) améliore cette capacité dès le quatrième mois.

Donc, la musique est un moyen privilégié pour moduler le fonctionnement de son cerveau sur bien des aspects. Elle n’est sans doute pas le remède absolu à tous nos maux, mais elle présente des atouts manifestes pour accompagner les défis psychologiques que nous devons relever tout au long de notre vie.

 

01/12/2021

Rendre la vie bien réelle

littérature,existence,narration,thérapie,cerveau

littérature,existence,narration,thérapie,cerveau(Photos- Greenville, S.C, 2021)

Pour ce dernier mois de l’année, et à l’approche des vacances, nous vous adressons nos meilleurs vœux et vous proposons une note sur les vertus de la littérature. 

 

Joyeux Noël ! Joyeuses Fêtes !

 

Lire la suite

01/10/2021

La maîtrise de soi

maîtrise de soi,volonté,anticipation,stratégies

(Photo -La Promenade, Nice)

 « L’âme est un certain mode déterminé du penser et ainsi ne peut être une cause libre, autrement dit, ne peut avoir une faculté absolue de vouloir ou de non vouloir ; mais elle doit être déterminée à vouloir ceci ou cela par une cause, laquelle est aussi déterminée par une autre, et cette autre l’est à son tour par une autre, etc. » (Spinoza

Jung écrit que notre volonté est une fonction dirigée par notre réflexion dont elle dépend. Notre réflexion doit être rationnelle, c’est-à-dire conforme à la raison. Or, on ne pourra jamais démontrer que la vie et la destinée sont conformes à notre raison humaine, c’est-à-dire qu’elles sont rationnelles. Elles sont irrationnelles, c’est-à-dire qu'elles ont leurs fondements, par-delà la raison humaine. "L’irrationalité des événements se montre dans le prétendu hasard", que nous rencontrons partout, même si nous ne pouvons accepter qu’un processus ne soit motivé par l’enchaînement de ses causes.

D'après William Glasser, « les gens n'agissent pas de façon irresponsable parce qu'ils sont malades; ils sont malades parce qu'ils agissent de façon irresponsable ». Sa théorie (la thérapie par le réel) met en rapport les besoins psychologiques essentiels et la responsabilité:pour faire cesser un comportement insatisfaisant, le malade doit pouvoir satisfaire ses besoins de façon réaliste et responsable. Pour y arriver, le patient doit faire face au monde réel qui l'entoure, et ce monde inclut des normes de comportement. Le rôle du thérapeute est de confronter les comportements du patient à ces normes et de lui faire juger la qualité de ce qu'il fait. Si les patients psychiatriques ne jugent pas leur propre comportement, ils ne changeront pas.

Nous arrivons invariablement au mot de Socrate : Connais-toi toi-même. Mais il s’agit d’un idéal difficile à atteindre. Il a même fallu attendre Freud et la psychanalyse pour réaliser à quel point il est difficile, sinon impossible, d’arriver à une connaissance de soi. Il est évident qu’il n’y a aucune « maîtrise » de quoi que ce soit sans  connaissance. La maîtrise de soi implique que l’on puisse avoir une action sur nos gestes, nos raisonnements, nos impulsions et nos pulsions. Sans connaissance de soi, aucune maîtrise n’est possible.

Lire la suite

01/03/2021

Quels ergonomes sommes-nous aujourd'hui?

ergonomie, télétravail, fatigue, pandémie

(Photo- Des amandiers en fleurs

Un article paru dans le mensuel Sciences humaines en avril 2007 nous rappelle ce qu’est l’ergonomie : l’étude du travail humain vu sous l’angle des postes de travail et des relations entre l’homme et la machine. Cette discipline touche à notre vie quotidienne - du stress au travail à l’usage du téléphone portable, de la sécurité des avions au design d’un site Web.

Lire la suite