Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/07/2017

Le TSPT

livre, littérature, psychologie, mémoire, traumatisme, traitement(Photo- Promenade des Anglais, Nice)

L’altération des souvenirs factuels et émotionnels des traumatismes est au premier rang des recherches et des technologies en cours dans le domaine des sciences de la mémoire, note l’écrivain Wendy Walker dans une note à la fin de son roman Tout n’est pas perdu (All is not forgotten). Des scientifiques ont réussi à altérer des souvenirs factuels et à atténuer leur impact grâce aux médicaments et aux thérapies décrits dans ce livre, et ils continuent de chercher la drogue qui les ciblera et les effacera complètement. Si l’intention originale des traitements qui altèrent la mémoire était de soigner les soldats sur le terrain et d’atténuer les manifestations du TSPT, leur utilisation dans le monde civil a déjà commencé –et elle sera probablement extrêmement controversée.  

Le psychiatre (qui est le narrateur dans le roman) offre au lecteur d’intéressantes explications sur le fonctionnement de la mémoire et sur les nouveaux traitements du syndrome post-traumatique. Dans une note précédente publiée sur ce site, on trouvera quelques références sur les faux souvenirs et sur les blessures émotionnelles. Mais parce que souvent le biais de la littérature est meilleur professeur, j’ai réuni des extraits du roman de Wendy Walker dans un document qui peut être lu ICI. 

 
 

22/09/2015

La mémoire (2)

mémoire,technologie,neurosciences,cerveau,faux souvenirs,traumatisme,croyance,guérison(Photo Nice -Le square Durandy en 2014)

La mémoire continue à poser de nombreuses questions aux scientifiques, bien que de nombreuses réponses aient été apportées. Nous savons que la fabrication de souvenirs est le résultat d’une réaction biochimique qui a lieu particulièrement dans les neurones responsables de nos sens. Nous savons également que la mémoire à court terme (de travail) est localisée dans des aires spécifiques du cerveau, et qu’elle a en commun avec la créativité le processus de combiner des unités d’information (des bits). Par le simple fait d’être vivants et ouverts au monde, nous enregistrons des impressions sur notre agenda mental, pour intégrer ensuite les différents bits dans des combinaisons nouvelles, que nous appelons nos propres idées, une sorte d’assemblage multimédia des bits existants. Comme dans l’intertextualité, où un texte se crée toujours dans une relation intertextuelle explicite ou non, à d’autres textes. Nous savons aussi aujourd'hui comment les souvenirs sont encodés dans les neurones du cerveau grâce à la synthèse de certaines protéines dans les cellules, comment la fréquente répétition des signaux libère du magnésium et fixe le calcium, ce qui rend possible le stockage stable et permanent dans la mémoire à long terme, comment un processus chimique de renforcement à long terme fait que les connexions entre les neurones soient renforcés régulièrement. Nous savons que nous avons une mémoire émotionnelle ou épisodique (le vécu) et une mémoire sémantique, qui inclut nos connaissances. Qu’en est-il de notre mémoire (sémantique, bien entendu) dans l’ère des nouveaux outils technologiques ?

Lire la suite

01/05/2015

La mémoire et le regret

mémoire,regret,spinoza,nietzsche,destin,amor fati,temps,pleine conscience,extraits littéraires
(Photo Nice: Promenade du Paillon)
 
Des ouvrages actuels traitant de l'optimisation du cerveau expliquent le rôle que joue dans ce processus notre mémoire émotionnelle (appelée  mémoire épisodique, ou mémoire du vécu). Nous sommes ce que nous nous rappelons, et notre identité dépend de tous les événements, les gens, les lieux qui sont inscrits dans notre mémoire, et que nous pouvons évoquer. Toutefois, la mémoire n'est pas un disque sur lequel seraient gravés tous ces souvenirs, mais un "praticien qui fait du plagiat de manière créative". Comme dit le personnage d'un roman lu récemment: la mémoire est un animal coopératif, toujours prêt à faire plaisir; ce qu’elle ne peut pas fournir, elle l’invente à l’occasion, improvisant avec application pour remplir les vides. Améliorer notre mémoire aura pour conséquence une meilleure récupération de l'information stockée dans le cerveau, et cela augmentera notre intelligence, montre le livre de Richard Restack The Naked Brain. Le mécanisme des associations, qui consiste à attribuer un sens ou une image à ce que nous voulons mieux faire retenir à notre mémoire de travail, est connu depuis l'Antiquité. Plus importante que la mémoire de travail, la mémoire émotionnelle est un outil psychologique essentiel, grâce auquel nous pouvons revivre ce que nous avons ressenti à un certain moment dans le passé: la tristesse, la déprime, la colère, la joie. L'auteur observe que lorsque nous perdons la mémoire émotionnelle de notre jeunesse, nous ne comprenons plus les jeunes, et si cet oubli progresse, nous risquons de perdre le contact avec nous-mêmes. Il recommande un exercice simple qui consiste à trouver une photo de nous à la moitié de notre âge actuel, et à échanger des lettres entre notre moi actuel et notre moi plus jeune, par rapport aux espoirs et aux problèmes d'hier, et dans la perspective de notre développement. C'est un exercice qui nous permettra de retrouver des émotions et des souvenirs des choses que nous n'avons plus expérimentées depuis des années, un peu comme dans l'épisode de la madeleine de Proust, dit Restack. Je remarquerais toutefois que dans ce fragment littéraire célèbre, il est question de mémoire involontaire - le souvenir n'est pas recherché délibérément, mais il se déclenche à partir d'une association sensorielle - et nous nous rappelons la description exceptionnelle de l'effort que fournit la mémoire afin de retrouver l'image à laquelle renvoie la sensation de goût. Donc, assez loin d'un exercice intentionnel.
La mémoire est liée à notre perception du temps, et des psychologues et des neuroscientifiques s'accordent sur l'idée que cette expérience du temps est créée exclusivement par notre esprit.

Lire la suite

27/08/2013

Livre

livre,mémoire,violence,victimesL' ouvrage Le livre noir des violences sexuelles du Dr.Muriel Salmona, traite d'un aspect assez tabou en France. L'auteur ne fait pas que s'intéresser à la souffrance psychique due aux violences, et au mécanisme de la violence, mais explique en quoi le déni est responsable de la perpétuation des violences. Si les troubles psycho-somatiques des victimes reconnues et secourues sont dépistés, la prise en charge se fera plus facilement et permettra de traiter les conséquences post-traumatiques. Il serait possible de faire reculer cette violence à condition de l'identifier, de la dénoncer et de la réprimer plus efficacement par la loi. Il s'agit de lutter contre toutes les formes de violence, contre toutes les formes de domination, masculine, patriarcale, parentale, contre les stéréotypes sexistes et toutes les discriminations. Prendre la pleine mesure de la gravité des violences et de leur immense coût humain signifierait ne plus les considérer comme une fatalité, ne plus les justifier, et se donner les moyens de changer de politique de santé et de société.
En voici quelques extraits:

"Les concepts humains fondamentaux tels que l'amour, la Famille, la Patrie, le Travail, l'Education, la Santé vont être utilisés de façon perverse et justifier toutes les violences. Ainsi va s'installer une confusion entre le langage de la tendresse, de la protection, du soin, et celui de la violence, "aimer" justifiant la possession et l'emprise. Il n'existe pas dans notre société d'espace sécurisé si ce n'est pour les prédateurs. (...) Et c'est bien ce déni qui est responsable de l'abandon où sont laissées les victimes, puisque les reconnaître mettrait en péril l'illusion de sécurité, d'où l'impunité quasi-totale dont bénéficient les agresseurs et la perpétuation implacable des violences.(...) Comme les violences ne sont pas censées exister dans ces espaces sécurisés puisqu'elles sont maquillées, leurs conséquences ne sont jamais reconnues comme telles, avec pour conséquence que les victimes ne seront ni dépistées, ni protégées, ni soignées. (...) La méconnaissance de la généalogie de la violence, de ses causes et surtout de ses mécanismes génère donc, en l'absence d'explications cohérentes et logiques pour les comprendre, la croyance en une violence inhérente à la condition humaine, non-éradicable; une violence 'ordinaire' à contenir et à maintenir cachée. (...) Oui, la violence est grave, fréquente, colonisant les victimes et générant une véritable addiction chez les agresseur, souvent 'contagieuse', transmissible d'individu à individu, et de génération en génération, avec de lourdes conséquences sur la qualité de vie, sur la santé, l'intégrité physique et psychique des victimes." (pp. 156-161).

Sur le sujet, voir aussi les sites web: Le livre noir des violences sexuelles  et Mémoire traumatique